Forum website Bill-Kaulitz.fr and Bill-Kaulitz-international.com Index du Forum  
FAQ Rechercher
Membres Groupes
Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés
S’enregistrer Connexion
Au cœur d'une hystérie musicale
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum website Bill-Kaulitz.fr and Bill-Kaulitz-international.com Index du Forum Forum du site bill-Kaulitz.fr MEDIAS Médias francophones
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
rabi43
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Avr 2008
Messages: 1 133
Localisation: lectoure

MessagePosté le: Sam 12 Juil 2008 - 17:27    Sujet du message: Au cœur d'une hystérie musicale Répondre en citant

Un très bon article, plutot bien tournée sauf la fin, un peu décevante Okay



Tokio Hotel, un rock faussement rebelle, fait de rage contenue dans les limites de l’audible. (photo: Keystone)
• Tokio Hotel joue ce samedi soir à Genève. Le groupe allemand suscite un engouement planétaire. La fièvre s'est emparée depuis une semaine de milliers de fans. Radiographie d'un phénomène qui concentre les recettes idéales du succès pour ados.

Rocco Zacheo
Samedi 12 juillet 2008


Dans les abords de l'Arena de Genève, des tentes disent la fièvre qui accompagne l'événement. Autour de cette salle de spectacle, un camping sauvage et inconfortable, entre goudron et béton, a vu le jour cette semaine. Il accueille les fans les plus irréductibles de Tokio Hotel, ceux qui parcourent des centaines de kilomètre pour voir à l'œuvre le groupe allemand. L'attente est exténuante mais la récompense vaut le sacrifice: voir de près les idoles de tout un continent. Ce scénario se répète partout en Europe depuis bientôt deux ans. Un concert de la formation provoque toujours un tremblement de terre d'une magnitude qu'aucun autre groupe au monde n'est capable aujoud'hui de produire. Chacun de ses déplacements a le pouvoir de susciter des courses insensées au billet, accompagnées par une puissante montée d'anxiété auprès d'adultes désarmés face à l'hystérie d'enfants prêts à tout pour assister à l'événement.

Avec Tokio Hotel, on assiste au même engouement qui a accompagné la carrière de groupes comme Duran Duran ou Spandau Ballet dans les années 80. On retrouve la même fièvre que suscitaient les chansons mielleuses des boys ou girls bands (Take That, 2Be3, Spice Girls...) une décennie plus tard. Mais aujourd'hui, il y a du nouveau. On enregistre une rupture qui dissocie Tokio Hotel des phénomènes connus. La formation du chanteur et parolier Bill Kaulitz a réussi à générer une déferlante d'ampleur continentale dans une langue, l'allemand, qu'on considérait hâtivement comme inappropriée pour le rock et la pop. Cela aurait pu, aurait dû, même, constituer une barrière solide à l'exportation du groupe. Fait inexplicable, le handicap s'est mué en atout. Les textes des deux albums (Schrei – so laut du kannst en 2006 et Zimmer 483 en 2007) sont connus, décortiqués, traduits et publiés sur les innombrables sites et blogs des fans. Ils sont repris en chœur de Helsinki à Madrid, de Rome à Bratislava et jusqu'à Tel-Aviv.

L'idiome détonne, donc. Mais il y a davantage: le look du quatuor. Tokio Hotel en a fait une image de marque, un vecteur de fédération sans égal. Sa recette? Reproduire les codes vestimentaires de plusieurs tribus musicales. Dans ce patchwork, la figure androgyne et manga du chanteur Bill Kaulitz attire au premier le regard. Ses cheveux méchés et dressés en arc (des rajouts?), son teint pâle, ses habits serrés et noirs, son maquillage, renvoient à certaines icônes torturées de la new wave et du gothique. Robert Smith des Cure, Brian Molko de Placebo surtout. A côté, son frère jumeau et guitariste Tom fait coexister les esthétiques rasta (dreadlocks abondants) et hip-hop (shorts et t-shirts XXL, casquette, bandana et chaîne épaisse au cou). Le hardcore est quant à lui représenté par le bassiste Georg Listing. Seul le taiseux Gustav Schäfer, à la batterie, échappe à une identification facile, en arborant un «no-look» obstiné.

Cet assemblage n'a rien de hasardeux. Il y a fort à parier que la maison de disque Universal et les agents du groupe – dont certains membres ne dépassent pas les 20 ans – conseillent quant ils n'imposent pas des choix drastiques de marketing. Pour les contenus musicaux, il n'en est pas autrement. Le rock faussement rebelle, fait de rage contenue dans les limites de l'audible, de mélodies bien arrangés et de sons remarquablement produits, vise à garder la cible: un public dont l'âge oscille en moyenne entre 10 et 16 ans. Cette recette est payante. Tokio Hotel a vendu jusqu'ici près de 5 millions d'albums. Une manne inespérée pour Universal en temps de crise aiguë de l'industrie discographique. La conquête du marché nord- américain (les deux albums viennent de paraître en version anglaise) apportera sans doute de nouvelles recettes.

Qui est donc Tokio Hotel? Un produit des laboratoires discographiques? Une entité artificielle née du mélange d'éprouvettes musicales? En partie, sans doute. Mais une portion importante de son parcours fait penser aussi au contraire. Car la passion pour la musique de Bill et Tom Kaulitz remonte à des temps peu suspects. Depuis l'âge de 7 ans, les jumeaux composent, mettent des mots et des notes à leur malaise d'enfants de famille divorcée et recomposée. Ils disent l'ennui d'une jeunesse qui n'aspire pas à briller à l'école et qui vit mal, depuis l'ex-Allemagne de l'Est, le choc de la réunification. A Loitsche, village du Magdebourg où ils ont grandi, ces deux fils d'une couturière et d'un guitariste se sont précocement démenés pour échappé à un destin sans relief. Ils ont très vite rêvé de gloire.

Bill l'effleure une première fois à 13 ans: il est finaliste de la version allemande de la Star Academy. Un producteur, Peter Hoffman le repère, frappé déjà par le look et la maturité de l'ado sur les plateaux. Cette rencontre est décisive. Elle permet au perdant de la télé réalité d'entreprendre le chemin d'une gloire réelle, avec son groupe, les Devilish, composé de copains d'école. Un changement de nom plus tard, les quatre de Tokio Hotel ont désormais une structure solide et professionnelle pour atteindre le firmament. Ce sera chose faite dès le premier album, sorti en 2006. Avec Schrei, Tokyo Hotel fait immédiatement un carton et le tube «Durch den Monsun» (A travers la mousson) dépasse largement les frontières. Une année plus tard le phénomène prends des proportions énormes avec Zimmer 483: les ventes sont multipliées, tout comme les revenus des produits dérivés – sonneries pour téléphones portables en tête.

Ce parcours est d'une fulgurance rare. Seule une opération pour ôter un kyste des cordes vocales de Bill a eu le pouvoir, récemment, de l'interrompre. D'arrêter une machine qui a pris des proportions colossales, sans doute trop grandes pour cette bande de jeunes amis qu'on verrait encore sur les bancs d'école. L'énormité du succès, l'ampleur des tournées et des obligations promotionnelles qui l'accompagnent ont de quoi inquiéter. Dépassé par le raz-de-marée qu'il a provoqué, Bill P fait désormais dans la résignation désarmante: «On a si peu d'explications qu'on a arrêté de se poser des questions.»



la source : http://www.letemps.ch/template/tempsFort.asp?page=3&article=235886
_________________
TOKIO HOTEL FÜR IMMER !!!!!!!!!


Dernière édition par rabi43 le Sam 12 Juil 2008 - 17:47; édité 1 fois
Publicité






MessagePosté le: Sam 12 Juil 2008 - 17:27    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
rabi43
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Avr 2008
Messages: 1 133
Localisation: lectoure

MessagePosté le: Sam 12 Juil 2008 - 17:30    Sujet du message: Au cœur d'une hystérie musicale Répondre en citant

La génération de la rupture globalisée

Olivier Perrin
Samedi 12 juillet 2008


Déferlante Tokio Hotel ce samedi soir en l'Arena de Genève. Quatre jeunes Allemands d'à peine 20ans emmenés par Bill et Tom Kaulitz, respectivement chanteur et guitariste du nouveau groupe-culte globalisé des 10-16 ans. Ces deux frères jumeaux sont nés le 1erseptembre 1989 à Leipzig. Quelque deux mois avant la chute du mur de Berlin, au cœur d'une ville meurtrie, zone d'occupation soviétique après-guerre, puis deuxième cité de la RDA.

La rupture historique est énorme, bercée à ce moment-là des balbutiements de la première génération de l'Allemagne réunifiée. Pour les enfants des années 1990, il n'est alors pas évident de suivre des parents pliant encore sous le poids de la culpabilité et dépossédés de leur vision bipolaire du monde sorti de la Guerre froide.

Les conditions de vie sont et demeurent difficiles pour tous les ex-Allemands de l'Est, dont la génération montante cherche à s'intégrer au monde capitaliste où se construit leur avenir. En abandonnant les idéologies coup de poing qui ont fait le succès d'une Nina Hagen, par exemple. Dont on oublie vite qu'elle avait prouvé, bien avant Tokio Hotel, que la langue allemande seyait aux musiques pop.

Du coup, dans un monde enfin libéré dont ils n'ont pas ou peu connu les chaînes - un repère hélas clair -, les quatre garçons dans le vent métissent, en l'édulcorant, tout ce qui leur tombe sous la main: modes, vêtements, look, musiques et rites adolescents. Ils ne chantent plus un monde injuste, ils chantent un monde complexe, aussi fragile que leurs compositions musicales, faites pour plaire d'Anchorage à... Tokyo. Avec leur cortège de familles recomposées, de douleurs issues d'un fossé générationnel affleurant dans des textes stomacaux, où la perte d'ancrages se superpose au traditionnel malaise prépubère.

Rien d'étonnant, dès lors, que les thèmes malaxés par ce rouleau compresseur soient plutôt déceptifs: on y mélange allègrement mais avec foi le divorce, la vie après la mort, la déception amoureuse, la solitude, le suicide, l'ennui.

Depuis les Beatles, face à un public qui se reconnaît dans les failles de croissance à gérer par un être humain, l'attitude hystérique de certains fans n'est pas nouvelle. Cela s'appelle de la solidarité de destin, un produit qui, commercialement, s'exploite. Ad nauseam, par un marketing aussi agressif qu'efficace.


la source: http://www.letemps.ch/template/editoriaux.asp?page=1&article=235920
_________________
TOKIO HOTEL FÜR IMMER !!!!!!!!!


Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:37    Sujet du message: Au cœur d'une hystérie musicale

Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum website Bill-Kaulitz.fr and Bill-Kaulitz-international.com Index du Forum Forum du site bill-Kaulitz.fr MEDIAS Médias francophones Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
ezHyperShadow template - a boo design Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation Original ezHyperShadow theme by boo ©2004 www.ez-life.net
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com