Forum website Bill-Kaulitz.fr and Bill-Kaulitz-international.com Index du Forum  
FAQ Rechercher
Membres Groupes
Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés
S’enregistrer Connexion
Gala 18/2013
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum website Bill-Kaulitz.fr and Bill-Kaulitz-international.com Index du Forum Forum du site bill-Kaulitz.fr MEDIAS Médias germanophones
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Marie
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Nov 2007
Messages: 3 310
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu 25 Avr 2013 - 19:33    Sujet du message: Gala 18/2013 Répondre en citant



English translation :

Bill and Tom Kaulitz are identical twins, which is hard to believe sometimes. Instead of having two genetically identical people standing in front of you, it seems more like there are two men standing in front of you who couldn't be more different from each other. An optical illusion, because as soon as they open their mouths, you're talking to one and the same person. Even when they're of the complete opposite opinion...

Your job as jurors on "Deutschland Sucht den Superstar" will be coming to an end next month. What's gonna happen after that?
Tom: We will be dedicating ourselves solely to our music career. Our move to L.A. in 2010 and us taking a break had two reasons. One being that it became seemingly impossible for us to lead a private life in Germany. Secondly, we wanted to work on our new album in peace. We hope that we'll finish it this year. The songs for the album have already been chosen, now we're in the last phase of production.

Actress Gwyneth Paltrow says: "People always stay the same age they were, when they became famous." Is this true?
Tom: She has a point there. I often think that I didn't change much. I still have the same kind of humour and I still crack the same dumb jokes. In some way you do stay the same. Then again, we learned a lot - from how to deal with staff to how the music business works.

A lot of teen stars take a downward spiral and later terrorize the people around them with their high-handedness, e.g.: Justin Bieber. Who's "allowed" to tell them "No"?
Bill: I really wish there was no one doing that, but its a fact that there are still people that are opposed to us. We've known most of the people around us for seven, eight years and they don't stop telling us the unadorned truth just because we're in the public eye. I often think that our environment sees things too critically because Tom and I always find ourselves in a position where we have to defend ourselves and our actions.

Robbie Williams was discovered when he was fifteen, just like you. He says: "Fame magnifies your sensitivites, it strengthens your weaknesses and it reveals the eeriest sides of your character."
Bill: It's true. A career magnifies your strengths and strenghtens your weaknesses. I've always been an extreme perfectionist, but now I've actually reached the point where I panic if something really doesn't go the way I wanted it to go. This feeling of panicking is often so intense that I can't sleep at night. No one has to pressure me, I'm already pressuring myself.
Tom: I'm such a stickler for little details that I always have to know exactly what's going happen the next day. If something happens that was unscheduled it feels like we're heading for disaster. I wish I could say: "Okay, whatever. Let's see what the next day brings for us.", but I just can't. Add to that, that I sometimes ask myself if it's healthy that I'm talking to myself the whole day when Bill and I are seperated. It stresses me out when I'm constantly talking to myself, because I don't know if I'm heading into a weird direction by doing it, or not.

How did those years of downtime feel like?
Bill: The strange thing is, I can't say if it's harder to live with the fame or without it. After two years of having some time off, I really have the urge to start working again. But the moment I see the first photographers standing there, I think: Shit, maybe I do need another year off. On the one side I want to be left alone, but on the other side I want to be successful with the band. But that's just how people are - they always want what they can't have.

Does your life in the public eye lead to you still posing, even when you're doing normal things like peeing?
Tom: It's like that with Bill, but not with me.
Bill: I just can't shake that habit. As soon as I see a camera, I get paranoid and I immediately fall into a specific behavioral pattern. Even when we take pictures at parties with our family, I tense up because I just know that those pictures are gonna surface one day. A light flashing means to me: Be careful, you're working and you're in the public eye!

Who would you pay more for per hour: A mechanic or a psychotherapist?
Bill: A mechanic. I often thought that maybe seeing a psychotherapist would be good for me, but I don't really believe in them. I'm not a person that runs around not knowing what kind of problems I'm facing. I'm pretty good at knowing what's wrong with me. But I feel like, if I can't solve my own problems how is a stranger going to help me solving them.
Tom: Talking to a psychotherapist helps a lot of people. We, as identical twins, don't need that because we talk to each other the whole day anyway. I'm Bill's shrink and he's mine. That's why I always immediately notice when he's not here. Then I have to tell my thoughts to myself.
Bill: No one can undestand that we have to share our thoughts with each other the moment they come to our minds. We blurt out everything that goes on in our heads in each others presence, unfiltered. Normal people don't even do that in front of their mothers or their best friends.
Tom: When we communicate with each other it's like a fart - we let everything out. For people, who listen to us talking, it comes as a shock. Since we know everything about each other, we're also really close. It has an almost supernatural feeling to it that we share almost the same thoughts. Actually, we don't even have to talk to each other. We already know everything there is to know about the other.

Does it drive women crazy, knowing that they'll always have the feeling that they only come off second best in a relationship with you?
Tom: It definitely takes some time to get used to us, because we come in a double pack. We'll probably spend our whole life together and we'll also do pretty much everything together. It's really hard for your Partner to not get jealous about this kind of intimacy.

A lot of identical twins think that this symbiotic relationship is more torture than fun, and go through various phases because they can't live with each other but they also can't imagine a life without each other. Do you think that this type of intimacy sometimes feels like it terrorizes you?
Bill: No. We never had such thoughts about each other. I can't even imagine being a way from Tom for a longer period of time.

Robbie Williams has been living in L.A. since 2002. He says: "It's almost impossible to fall in love in L.A., because the women there are so neurotic. This gives them superpowers. Almost every single one of those women is great at being neurotic." Do you share his view?
Tom: There are those typical Ego-Freaks in L.A., whose personalities are mostly fake. But I feel like this type of women has become international. If you're unlucky, you can find it in every city.

Let's assume you see a women in a coffeeshop in L.A. that piques your interest. How do you introduce yourself to her?
Bill: It's a typical L.A. thing that the people tell you a lot of personal things about themselves. Everyone is supposedly doing something interesting and is leading a great life. Tom and I attract attention by almost never telling anyone, anything about ourselves. When the people do ask us about what we're doing I immediately downplay it. In L.A. understatement is a downer. That's why people will then continue talking about their personal lives. And I'm really okay with this.
Tom: When you join a Gym in L.A., you have to disclose your job on the form. We then look at each other and think about what would sound realistic. When we write that we're in college, the people notice that this can't be true and then proceed to ask us: "How can you drive a car like that when you're in college? Are you the kids of some millionair?"

And again, Robbie Williams - he says that there are two types of groupies in Germany: "One type wants to take a picture while having sex, to have some sort of proof to show to their friend. The others ask: 'Robbie, are your feelings for me real?' Did you have similar experiences?"
Tom: I can confirm that groupies want to know if my feelings for them are real. But that's not just the case in Germany. I think it depends on how you scored with her. Women who are tough to crack, you make a lot of promises to. Those are the candidates who then ask if you really have feelings for them. I didn't really lie when I answere them, because I think that's harsh. I take the middle way - I never say that it's just for a night, but I also don't make her feel like more is gonna happen between us.

How do you react when a women wants to take a picture during sex with you, just as proof for her friends?
Tom: I would never participate in something like this. With us it was always the case that the women were informed that they weren't allowed to take pictures. It was clear to them. When we first started, the girls had to leave their jackets and bags with our security guys and basically already enter our room half-naked.

How do you react when a women tells you that she's pregnant tomorrow?
Tom: It can't happen to me. I'm in a relationship, therefore I haven't been picking up random women for quite some time now.
Bill: A lot of things changed. At the beginning of our career we had to sign a lot of autographs. Today, the people don't really want that anymore. When people ask me if they're allowed to take a picture, and I look like shit, I tell them: "Don't be mad, but no pictures today. But I can sign something for you if you want." then they answer with "No, thanks." Newcomers can forget about printing their autograph cards, autographs are out.
Tom: When you want to take a picture the people get so excited that they can't turn on their cameras and they really start to shake. When I see that I also get really nervous.
Bill: We both are so bad at handling those situations because we fail at smalltalk. I admire when strangers meet each other and when they're able to just simply throw a few comments at each other and hold a conversation. When I meet someone I don't know, I feel very uncomfortable in the situation. I never know what to say and the other person - in most cases - also doesn't. And then there's this awkward silence. It's easier for me to smalltalk in English, because there are those typical empty phrases you can use to start a conversation with someone. In German everything is so fraught with meaning.

When was the last time that you told a person "I love you"?
Bill: When I was in school I often told my girlfriends I loved them, without thinking twice - but I never meant it. Sometimes it did happen that I had a crush on someone, but it was never anything serious. I haven't found anyone I can tell "Yes, I love you and I mean it with all my heart." yet. With family members it's, of course, something different.
Tom: He tells me every day that he loves me to death.

A lot of artists can live with their self-love. Are you really missing something in your life, Bill?
Bill: I do miss loving someone - but what does missing even mean? It's not like I'm looking for the love of my life every day, and that I always think: Oh, poor me, I still haven't found my one true love. The thing is, people are just made for being with someone. I think that there's no one wo really means that he or she likes being single. I think that's a lie.
Tom: Some people pity you and say: "He's been single for so long. He has to be so depressed." They forget that you're not living this sad life, that you don't live on your own and work on your own.
Bill: Exactly. The relationship that comes first, will always be the one Tom and I have. Everything else comes after that anyway.

They say that Goethe had his first time when he was 39 years old!
Bill: Wow! Then I feel even better.

Translation by: www.LoveTH-Music.com


 
 

_________________


Dernière édition par Marie le Jeu 9 Mai 2013 - 15:32; édité 1 fois
Publicité






MessagePosté le: Jeu 25 Avr 2013 - 19:33    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
marieagnesbruxelles
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2008
Messages: 2 666
Localisation: bruxelles

MessagePosté le: Jeu 25 Avr 2013 - 22:48    Sujet du message: Gala 18/2013 Répondre en citant

Interview-Gala, Avril 2013:

Bill et Tom sont des jumeaux identiques, ce qui est parfois difficile à croire. Au lieu d’avoir deux personnes génétiquement identiques en face de vous, il semble plus qu’il y a deux hommes qui ne pourraient pas être plus différents l’un de l’autre. C’est une illusion d’optique, parce que dès qu’ils ouvrent la bouche, vous parlez à une seule et même personne. Même quand ils sont d’un avis complètement différent.

Interviewer : votre job de juré dans DSDS touchera bientôt à sa fin le mois prochain. Que va-t-il se passer après ça ?
Tom : nous nous consacrerons uniquement à nôtre carrière musicale. Nôtre déménagement à Los Angeles en 2010 et notre pause a eu lieu pour deux raisons. L’une étant qu’il devenait impossible pour nous de gérer notre vie privée en Allemagne. Deuxièmement, nous voulions travailler sur notre nouvel album en paix. Nous esperons que nous le finirons cette année. Les chansons de l’album ont déjà été choisies, maintenant nous sommes dans la dernière phase de production.

Interviewer : l’actrice Gwyneth Parltrow dit que « les gens restent au même âge auquel ils étaient quand ils sont devenus célèbre ». Est-ce que c’est vrai ?
Tom : elle marque un point. Je pense souvent que je n’ai pas beaucoup change. J’ai toujours le même humour et je sors toujours les mêmes blagues idiotes. D’une certaine manière, on reste le même. Et nous avons beaucoup appris – de comment gérer les équipes à comment le business de la musique fonctionne.

Interviewer : beaucoup d’ados star tombent dans une spirale infernale et font peur aux gens autour d’eux avec leur conduite arbitraire. Par exemple Justin Bieber. Qui « peut » leur dire « non » ?
Bill : j’aurais aimé qu’il n’y eu personne pour faire ça, mais le fait est qu’il y a encore des gens qui sont contre nous. Nous connaissons les gens autour de nous depuis 7, 8 ans et ils ne cessent de nous dire la pure vérité juste parce que nous sommes dans l’œil du public. Je pense souvent que notre entourage voit les choses d’une manière trop critique parce que Tom et moi nous retrouvons toujours dans une position où nous devons nous défendre nous et nos actions.

Interviewer : Robbie Williams a été découvert à l’âge de 15 ans, tout comme vous. Il dit « la célébrité magnifie votre sensibilité, elle renforce votre faiblesse et elle révèle la partie la plus inquiétant de votre personnalité »
Bill : c’est vrai. Une carrière magnifie vos forces et renforce votre faiblesse. J’ai toujours été un extrème perfectionniste, mais maintenant j’ai atteint le point où je panique si quelque chose ne va pas comme je l’avais prévu. Ce sentiment de panique est parfois si fort que je n’en dors pas la nuit. Personne n’a besoin de me mettre la pression, je le fais déjà moi-même.
Tom : je suis tellement pointilleux sur des petits détails que j’ai toujours besoin de savoir ce qu’il va se passer le lendemain. Si quelque chose qui n’était pas prévu se produit, c’est comme si on courrait au désastre. Je voudrais pouvoir dire « okay, c’est pas grave. Voyons ce que le lendemain nous apporte » mais je ne peux juste pas. En plus, je me demande souvent si c’est saint que je me parle à moi-même toute la journée quand Bill et moi sommes séparés. Ca me rend fou quand je suis constamment en train de me parler à moi-même parce que je ne sais pas si je vais dans une direction bizarre en faisant ça, ou pas.

Interviewer : comment ont été ces années de calme ?
Bill : la chose bizarre, c’est que je ne peux pas dire s’il est plus difficile de vivre avec ou sans la célébrité. Après deux ans ou nous avons eu du temps libre, je suis vraiment impatient de reprendre le travail. Mais au moment où je vois les photographes, je pense « merdre, peut-être que j’ai encore besoin d’une année de repos ». D’un côté, je veux qu’on me laisse tranquille, mais de l’autre je veux avec du succès avec le groupe. Mais c’est comme ça que sont les gens, ils veulent toujours ce qu’ils ne peuvent pas avoir.

Interviewer : est-ce que votre vie aux yeux du public vous conduit à toujours être en représentation même quand vous faîtes des choses normales comme faire pipi ?
Tom : c’est comme ça avec Bill, mais pas avec moi.
Bill : je ne peux juste pas changer cette habitude. Dès que je vois un appareil photo, je deviens paranoïaque et tombe immédiatement dans un modèle de comportement bien spécifique. Même quand on prend des photos à des fêtes avec notre famille, je me crispe parce que je sais que ces photos feront surface un jour. Un flash veut dire pour moi : fait attention, tu travailles et tu es sous les yeux du public !

Inerviewer : qui payeriez vous le plus pour une heure ? Un mécanicien ou une psychologue ?
Bill : un mécanicien. Je me suis souvent dit que peut-être voir un psychologue serait bon pour moi, mais je ne crois pas vraiment en eux (il parle de confiance je pense). Je ne suis pas une personne qui ne sait pas les problèmes auxquels elle a à faire. Je suis plutôt bon pour savoir ce qui ne va pas chez moi. Mais j’ai l’impression que, si je ne peux pas régler mes propres problèmes, comment un étranger va-t-il m’aider à les résoudre ?
Tom : parler à un psychologue aide beaucoup les gens. Nous sommes des jumeaux, nous n’avons pas besoin de ça parce que nous nous parlons toute la journée de toute façon. Je suis le thérapeute de Bill, et il est le mien. C’est pour ça que je remarque toujours quand il n’est pas là. Et là, je dois me dire mes pensées à moi-même.
Bill : personne ne comprend que nous avons besoin de partager nos pensées l’un avec l’autre au moment où elles viennent à notre esprit. Nous laissons échapper tout ce qui nous passe par la tête en la présence l’un de l’autre, sans filtre. Les gens normaux ne font même pas ça en face de leur mère ou de leurs amis.
Tom : quand nous communiquons ensemble, c’est comme un pet – on laisse tout sortir. Pour les gens qui nous écoutent parler, c’est un choc. Comme nous savons tout l’un sur l’autre, nous sommes aussi très proches. Il a un sentiment presque surnaturel à ce que nous partageons, à peu près les mêmes pensées. En fait, nous n'avons même pas à nous parler l’un l’autre. Nous savons déjà tout ce qu'il y a à savoir sur l'autre.

Interviewer : est ce que ça rend les femmes dingue, de savoir qu’elles auront toujours le sentiment de passer en deuxième dans une relation avec vous ?
Tom : ça prend définitivement du temps de s’habituer à nous parce que nous venons dans un double pack. Nous passerons probablement toute notre vie ensemble et nous ferons aussi presque tout ensemble. C’est vraiment dur pour votre partenaire de ne pas être jaloux de ce type d’intimité.

Interview : beaucoup de jumeaux monozygotes pensent que cette relation symbiotique est plus une torture que du plaisir et traversent plusieurs phases parce qu’ils ne peuvent pas vivre ensemble mais ils ne peuvent pas non plus s’imaginer vivre l’un sans l’autre. Pensez-vous que ce type d’intimité peut parfois vous faire peur ?
Bill : Non. Nous n’avons jamais pensé ça l’un de l’autre. Je ne peux pas imaginer être loin de Tom pour une longue periode.

Interviewer : Robbie Williams vit à LA depuis 2002. Il dit « c’est presque impossible de tomber amoureux à LA, parce que les femmes ici sont névrosée. Ca leur donne des super pouvoirs. Presque chacune de ces femmes es douée pour être névrosée ». Vous partagez son point de vue ?
Tom : il y a ces cas à l’égo surdimensionné à LA, dont les personnalités sont souvent fausses. Mais je pense que ce genre de femme est devenu international. Si vous n’êtes pas chanceux, vous pouvez les trouver dans presque toutes les villes.

Interviewer : imagninons que vous voyez une femme qui attire votre attention, dans un café à LA. Comment vous présentez-vous à elle ?
Bill : c’est une chose typique à LA que les gens vous racontent un tas de choses personnelles à propos d’elles même. Tout le monde est supposé faire quelque chose d’intéressant et mène la grande vie. Tom et moi attirons l’attention en ne disant presque jamais rien à propos de nous. Quand els gens nous demandent ce que nous faisons, je minimise immédiatement la chose. A LA, l’euphémisme est un calmant. C’est pour ça que les gens continueront à parler de leur vie personnelle. Et je suis vraiment ok avec ça.
Tom : quand vous allez à la gym à LA, vous devez signifier votre emploi sur le formulaire. Ensuite on se regarde et on réfléchit à ce qui pourrait paraître réaliste. Quand on écrit qu’on est à l’université, les gens remarquent que ça ne peut pas être vrai et nous demandent « comment pouvez-vous conduire une voiture comme ça en étant à l’université ? Vous êtes des enfants de millionnaires ? »

Interviewer : de nouveau, Robbie Williams – il dit qu’il y a deux types de groupies en Allemagne : “le premier veut prendre une photo en faisant l’amour, pour avoir un prevue à montrer à leurs amis. Les autres demandent “Robbie, est-ce que tes sentiments pour moi sont reels ?”. Avez-vous eu des expériences similaires ?
Tom : je peux confirmer que les groupies veulent savoir si mes sentiments pour elles sont réels. Mais ce n’est pas le cas en Allemagne. Je pense que cela dépend d’à quel point vous l’avez séduite. ( ? ) Je ne mentais pas vraiment quand je leur répondais, parce que je pense que c’est méchant. Je tempère, je ne dis jamais que c’est juste pour une nuit, mais je ne leur fais pas croire non plus que quelque chose de plus se passera entre nous.

Interviewer : comment réagissez-vous quand une fille veut prendre une photo pendant l’amour, en tant que prévue pour leurs amis ?
Tom : je ne participerais jamais à quelque chose de ce genre. Avec nous ça a toujours été le cas, les filles étaient informées qu’elles n’étaient pas autorisées à prendre des photos. C’était clair. Quand nous avons commencé au début, les filles devaient laisser leur veste et sacs à la sécurité et devaient entrer presque nue dans la chambre.

Interviewer : comment réagissez-vous quand une fille vous dit qu’elle est enceinte le lendemain ?
Tom : ça ne peut pas m’arriver. Je suis dans une relation donc je n’ai pas pris une fille au hasard (sous entendu dans sa chambre) depuis longtemps maintenant.
Bill : beaucoup de choses ont changé. Au début de notre carrière nous devions signer beaucoup d’autographes. Aujourd’hui, les gens n’en veulent plus. Quand les gens demandent s’ils peuvent prendre une photo, et que je ressemble à de la merde, je leur dis « ne t’énerve pas, mais pas de photo aujourd’hui. Mais je peux te signer quelque chose si tu veux ». Et ensuite ils répondent « non, merci ». Les nouveaux peuvent oublier l’idée d’imprimer leur cartes pour autographes, les autographes c’est fini.
Tom : quand tu veux prendre une photo, les gens sont si excites qu’ils ne peuvent allumer leur appareil photo et ils comment vraiment à trembler. Quand je vois ça, ça me rend vraiment nerveux.
Bill : nous sommes tous les deux vraiment mauvais pour gérer ces situations parce que nous ne parvenons pas à parler de banalités. J’admire quand des étrangers se rencontrent et qu’ils sont capable de simplement faire des commentaires les uns les autres et tenir une conversation. Quand je rencontre quelqu’un que je ne connais pas, je me sens vraiment mal à l’aise. Je ne sais jamais quoi dire et l’autre personne – dans la majorité des cas- non plus. Et puis il y a ce silence bizarre. C’est plus facile pour moi de parler de banalités en anglais parce qu’il y a ces phrases typiques que vous pouvez utiliser commencer une conversation avec quelqu’un. En allemand, tout est lourd de sens.

Interviewer : quand avez-vous-dit « je t’aime » à quelqu’un pour la dernière fois ?
Bill : quand j’étais à l’école, je disais souvent à mes petites copines que je les aimais sans y réfléchir à deux fois. Parfois il arrivait que j’ai un coup de cœur pour quelqu’un, mais ce n’étais jamais quelque chose de sérieux. Je n’ai encore trouvé personne à qui dire « Oui, je t’aime et je le pense de tout mon cœur ». Avec la famille, c’est bien sur différent.
Tom : il me dit tous les jours qu’il m’aime à mourir.

Interviewer : beaucoup d’artistes peuvent vivre avec leur amour propre. Il te manque vraiment quelque chose dans ta vie Bill ?
Bill : ça me manque d’aimer quelqu’un, mais qu’est ce que le manque veut seulement dire ? Ce n’est pas comme si je cherchais l’amour de ma vie tous les jours et que je pense toujours « oh pauvre de moi, je n’ai toujours pas trouvé mon amour véritable ». Le truc c’est que, les gens sont fait pour être avec quelqu’un. Je crois que personne ne pense qu’il ou elle aime être célibataire. Je crois que c’est un mensonge.
Tom : certaines personnes ont pitié de toi et disent « il est célibataire depuis si longtemps. Il doit être dépressif ». Ils oublient que tu ne vis pas cette vie triste, que tu ne vis pas seul et que tu ne travailles pas seul.
Bill : exactement. La relation qui vient en premier sera toujours celle que Tom et moi avons. Tout le reste passe après de toute façon.

Interviewer : on dit que Goethe a eu sa première fois à 39 ans !
Bill : wow ! Maintenant je me sens mieux.

Traduction par Myriam pour la Streetteam TH-Paris
_________________
" KEEP COOL EN TOT ZIEN"



Visiter le site web du posteur
Emmanuelle
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mar 2008
Messages: 1 952
Localisation: Proche NICE

MessagePosté le: Ven 26 Avr 2013 - 12:03    Sujet du message: Gala 18/2013 Répondre en citant

Bonne interview.....
_________________
Fan de TH, et alors ??



Lexi


Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2008
Messages: 187

MessagePosté le: Ven 26 Avr 2013 - 13:51    Sujet du message: Gala 18/2013 Répondre en citant

 Oui, très bonne; plein de sujets abordés et pas de façon superficielle.

Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 00:26    Sujet du message: Gala 18/2013

Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum website Bill-Kaulitz.fr and Bill-Kaulitz-international.com Index du Forum Forum du site bill-Kaulitz.fr MEDIAS Médias germanophones Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
ezHyperShadow template - a boo design Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation Original ezHyperShadow theme by boo ©2004 www.ez-life.net
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com