Forum website Bill-Kaulitz.fr and Bill-Kaulitz-international.com Index du Forum  
FAQ Rechercher
Membres Groupes
Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés
S’enregistrer Connexion
welt.de - Les Tokio Hotel ont-ils besoin de nos... impôts ?
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum website Bill-Kaulitz.fr and Bill-Kaulitz-international.com Index du Forum Forum du site bill-Kaulitz.fr MEDIAS Médias germanophones
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Marie
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Nov 2007
Messages: 3 310
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun 10 Oct 2011 - 10:17    Sujet du message: welt.de - Les Tokio Hotel ont-ils besoin de nos... impôts ? Répondre en citant

Source : Welt.de


 

• Les Tokio Hotel ont-ils besoin de nos... impôts ?

Un nouveau document révèle pour quels projets musicaux l’Etat verse des subventions.

Les deux Mercedes noires S500 roulent lentement sur le parking à l’arrière du club. Ils coupent le contact, des hommes japonais et allemands en costumes sombres attendent déjà, et se rapprochent. L’entourage des stars. Les quatre musiciens descendent. Georg et Gustav de l’avant de la voiture, Bill et Tom de l’arrière. Tokio Hotel. Les fans les appellent. Bill salut de la main et leur dit « Hello ». Puis le groupe disparaît dans l’entrée des artistes.

A l’intérieur, dans le « Akasaka Blitz », avec assez de place pour 1.500 personnes, le groupe allemand joue quelques chansons, et est ensuite interviewé sur scène par un interprète japonais. Il leur demande en allemand « Prenez vous du plaisir ? » Bill, qui porte une veste en cuir noire ornée de pointes en fer aux épaules, répond : « Oui, nous y prenons un réel plaisir », Tom dit : « Nous rêvons toute la journée de ces magnifiques femmes » et Bill ajoute : « Elles sont un peu timide je dois dire. Mais je trouve cela très mignon »

Voilà à quel point la promotion de la musique allemande peut être belle.

En décembre dernier, le groupe d’adolescents Tokio Hotel a joué pour la première fois à Tokyo, la ville qui leur donna son nom. Peu avant ils étaient encore en tournée en Amérique du Sud, après plus de six millions d’album vendu, le groupe a des fans dans le monde entier. Ils sont considérés comme l’un des groupes commercial les plus célèbres d’Europe. Mais du point de vue du gouvernement fédéral, Tokio Hotel est apparemment encore une institution culturelle, que le contribuable doit supporter. Dans le cadre d’un « financement direct des projet de l’Office des Affaires étrangères », l’Allemagne a donc subventionné le concert de décembre à Tokyo pour un montant de 25 738 €. Raison : L’Office des Affaires étrangères finance « les projets artistiques dans certains cas uniquement, si les enjeux de politique extérieure et le volume du projet donnent lieu d'être au financement ».
Avec le même système, d’autre prix sont également payés parmi la concurrence de Tokio Hotel. Deux concerts de Toten Hosen par exemple, alors qu’avec 22 millions d’albums vendus il s’en était très bien sortis tout seuls jusqu’ici, on été financés grâce aux aides de l’Etat. Pour les deux apparitions à Tachkent, en Ouzbékistan et au Kazakhstan à Almaty, l’Office des affaires étrangères a accordé 68 793 €.
Combien d’argent le gouvernement allemand dépense-t-il pour la promotion de la musique, à qui le donne-t-il et pourquoi fait-il cela ? Ces questions ont été ces derniers jours un thème majeur de la SPD (gauche allemande) à l’attention de la coalition noire-jaune (droite et centre) au sein du parlement, posées entre autres par le chef du parti Frank-Walter Steinmeier, et dont les réponses ont été apportées par le porte parole de la politique culturelle Siegmund Ehrmann. Le gouvernement a maintenant répondu, par une lettre de 58 pages, que le Monde a l’intention de publier. Le responsable de l’autorité compétente, à savoir le ministre de la culture étant Bernd Neumann (CDU -droite-). C’est la première fois que le financement de la musique allemande par l’Etat fédérale est entièrement résumé et présenté.
La réponse contient un fouillis de subventions pour les institutions, les grands et petits projets, les projets à longs et courts termes, des subventions pour des groupes et des associations très rentables, et des surprofits alignés les uns aux autres : outre le ministère de la culture, le ministre chargé des affaires familiales, le ministère de l’éducation, le ministère de l’économie, le ministère de la défense et l’Office des Affaires étrangères donnent aussi de l’argent pour promouvoir la musique. Il manque une vue d’ensemble, le ministre de la culture ne coordonne pas ces activités. « Un accord entre les ministères est pourtant une condition sine qua non pour que cela fonctionne » est-il pourtant dit.
Mais le plus gros problème demeure : nulle part il n’est dit selon quels critères le gouvernement doit se baser pour distribuer l’argent. Le financement de la musique est en principe du ressort des Länder (régions) et des communes. Ils doivent surveiller si l’opéra du coin a assez de violon, si la chorale amateur a un endroit pour répéter et ainsi de suite. L’Etat n’est sollicité que pour les projets relevant de la « pertinence des administrations publiques ». Pour ainsi dire, les projets phares. Mais comment les identifier quand on ne sait ce qui les caractérise ? Cela veut simplement dire que la « pertinence des administrations publiques » devrait « à chaque fois être étayée, et qu’en vertu de la diversité des situations, il ne faudrait pas généraliser ». En pratique cela signifie que : le festival européen de musique d’église Schwäbisch Gmünd ou l’association moyenne de musique baroque allemande reçoivent des subventions, et sont considérés comme « publiquement pertinents », l’orchestre philarmonique de Berlin non.
En tout, tel qu’il l’est écrit sur le papier, le gouvernement aurait dépensé pour la promotion de la musique 44 197 000 € en 2010. Ce total est constitué de paiements sur le long terme (tels que les transferts annuels au festival de Bayreuth) et de financement de projets individuels. Le principal bénéficiaire de ces aides est L’Orchestre et la Chorale de Berlin (ROC). La ROC obtient avec environ 11,9 millions d’euros le quart des aides pour la musique de l’Allemagne. On trouve ensuite le réseau nouvelle musique avec 4,15 M €. Suivent l’initiative « A chaque enfant son instrument » avec presque 3,5 M € et le Conseil de la Musique Allemand avec trois bons millions. Est-ce trop ? N’est-ce pas assez ? 384 000 € pour le musique amateur, est-ce généreux ou radin ? Qu’en est-il ? 75 000 € pour le soutien de haut niveau des jeunes de la « Deutsche Philharmonie » où 31 000 € pour la maison Händel de Halle ? Le dilemme est clair : la majorité des candidats ont de bonnes raisons. Et pour tous les amateurs d’art, chaque euro dépensé dans ce domaine est un euro bien dépensé. Pourtant il est étonnant, que le gouvernement n’ait aucun critère objectif et vérifiable à déterminer pour cadrer sa générosité, et non sur demande d’opposition.
Et ainsi se trouvent dans ce document, aux côtés de Tokio Hotel et die Toten Hosen, d’autres noms énigmatiques. Sous la rubrique « favorisation de la musique (professionnelle) populaire, 75 000 € ont par exemple été accordé comme « financement exceptionnel de démarrage » au prix Echo Jazz. Les Echos Jazz ont été décernés pour la première fois en 2010. L’industrie du disque décerne le prix, afin de redorer leurs groupes de musique. L'organisateur est l'Association fédérale de l'industrie de la musique. Le gouvernement a ainsi contribué à la plus importante Organisation de Musique Lobbying du pays en finançant un de ses évènements promotionnels. Un trou noir de questions sans réponses.
La Cour fédérale vient d’avoir été occupé par le festival de Bayreuth – peut être se penchera-t-elle un jour sur la promotion de la musique allemande dans son ensemble

(Traduction de Emilie G. pour Tokio Hotel : le Journal des Fans)

______________________________
____________________________

• Tokio Hotel do they need our tax dollars?

A new document reveals musical projects for which the State provides grants.

The two black Mercedes S500 slowly roll the car park at the rear of the club. They cut the contact, Japanese and German men in dark suits are already waiting, and approach's entourage of stars. The four musicians down. Georg and Gustav in the front of the car, Bill and Tom from the back. Tokio Hotel's Fans call. Bill salvation of the hand and said "Hello." Then the group disappears into the stage door.

Inside, the "Akasaka Blitz," with enough room for 1,500 people, the German band plays a few songs, and then interviewed on stage by a Japanese interpreter. He asked them in German, "Take your pleasure?" Bill, wearing a black leather jacket decorated with iron spikes to his shoulders, replied: "Yes, we take a real pleasure." Tom said, "We dream all day of these beautiful women" and Bill says, "They are a little shy I have to say. But I find this very cute"

That's how the promotion of German music can be beautiful.

Last December, the group of adolescents Tokio Hotel played for the first time in Tokyo, the city that gave them their name. Shortly before they were still on tour in South America, after more than six million album sold, the group of fans worldwide. They are considered one of the most famous commercial groups in Europe. But in terms of the federal government, Tokio Hotel is apparently still a cultural institution that the taxpayer must bear. As part of a "direct financing of the project of the Office of Foreign Affairs," Germany has subsidized the concert in Tokyo in December for a total of € 25,738. Reason: The Office Foreign funding "art projects in some cases only if the issues of foreign policy and give the volume of the project rather than funding."
With the same system, other prices are also paid from the amount of Tokio Hotel. Two Toten Hosen concerts for example, while only 22 million albums sold very well there it was out alone so far have been funded through state aid. For the two appearances Tashkent, Uzbekistan and Kazakhstan in Almaty, the Foreign Office has granted € 68 793. How much money the German government spends there for the promotion of music, who gives it and he why is that? These issues have been in recent days a major theme of the SPD (German left) to the attention of the black-yellow coalition (center right) in parliament, among other things asked by the head of Party Frank-Walter Steinmeier, whose responses were made by the spokesperson of cultural policy Siegmund Ehrmann. The government has now responded, by letter of 58 pages, that the world intends to publish. The head of the competent authority, namely the Minister of Culture Bernd Neumann is (CDU-right-).
For the first time that the financing of German music by the federal government is entirely abstract and presented. The response contains a jumble of grants for institutions, large and small projects, projects to long and short terms, grants for groups and associations very profitable, and excess profits aligned to each other: in addition to the Ministry of Culture, the Minister responsible for Family Affairs, the Ministry of Education, the Ministry of Economy, the Ministry of Defence and the Foreign Office also give money to promote music. It lacks an overview, Minister of Culture does not coordinate these activities. "An agreement between the ministries, however, is a prerequisite for this to work," yet he is told. But the biggest problem remains that nowhere does it say under what criteria the government should be based to distribute the money. The music funding is normally the responsibility of the Länder (regions) and municipalities. They need to monitor whether the opera in the area of violin has had enough, if the amateur choir has a place to rehearse and so on. The State is requested for projects under the "relevance of government." So to speak, the flagship projects. But how to identify them when we do not know what the characterized? It simply means that the "relevance of government" should "be supported in each case, and that under different circumstances, we should not generalize." In practice this means: the European festival Schwäbisch Gmünd church music or the association average German Baroque music are subsidized and are considered "relevant public", the Berlin Philharmonic Orchestra no.
In all, as it is written on paper The government would have spent for the promotion of music € 44,197,000 in 2010. This total is made up of long-term payments (such as the annual transfers to the Bayreuth Festival) and funding of individual projects. The main beneficiary of such aid is the Orchestra and Choir of Berlin (ROC). The ROC obtained with approximately 11.9 million euros aid for a quarter of the music of Germany. Next is the network with new music 4.15 M €.'s initiative followed "Every child's instrument" with almost € 3.5 million and the Council of German music with a good three million. Is it too much? Is not that enough? € 384 000 for the music lover, is generous or stingy? What? € 75 000 for the high-level support young people in the "Deutsche Philharmonie" in which € 31 000 for the house of Halle Handel? The dilemma is clear : The majority of applicants have good reason. And for lovers of art, every euro spent in this area is a euro well spent. Yet it is surprising that the government has no objective and verifiable criteria for determining fit his generosity, and not at the request of opposition. And so are in this document, along with Tokio Hotel and Die Toten Hosen, other names enigmatic. Under the heading "abetting music (professional) people, 75 € 000 for example, have been granted as" exceptional financing start-up" in prices Echo Jazz. The Jazz's Echos were awarded for the first time in 2010. The record industry awards the prize, to restore their bands. The organizer is the Federal Association of the music industry. The government has contributed to the largest music organization in the country Lobbying by funding one of its promotional events. A black hole of unanswered questions.
The Federal Court has to have been occupied by the Bayreuth Festival - will look may be she one day on the promotion of German music as a whole.


(Translation by London Green Listing for Tokio Hotel : Le journal des fans.)Afficher la suite

Par : Tokio Hotel : Le journal des fans.
_________________


Publicité






MessagePosté le: Lun 10 Oct 2011 - 10:17    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum website Bill-Kaulitz.fr and Bill-Kaulitz-international.com Index du Forum Forum du site bill-Kaulitz.fr MEDIAS Médias germanophones Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
ezHyperShadow template - a boo design Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation Original ezHyperShadow theme by boo ©2004 www.ez-life.net
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com